archive

Archives Mensuelles: juillet 2012

Je suis renversée par ces photos qui nous présentent des lieux banals sous une optique éclatée, surprenante. Chaque décor s’en retrouve davantage anguleux, tordu et pourtant, aérien et posé. Magnifique.

Untitled (Shoe Shop)
2009, 100 x 118 cm (39 x 47″     &

Untitled (Corner Shop)
2008, 140 x 176 cm (55 x 69″)

Voyez d’autres photos au http://mennoaden.com/index.html

Publicités

Après plusieurs rumeurs d’ouverture imminente, la chaîne américaine Anthropologie devrait ouvrir ses portes à Montréal, rue de la Montagne, en octobre 2012! Ce magasin qui a maintenant pignon sur rue à travers le monde et aux allures vintage-kitch-trendy-hipster-dont-on-savoure-chaque-élément-déco sera le 4e à ouvrir au Canada.

J’aime: les textures, les couleurs, les fournitures de maison qui semblent avoir été utilisées avant de nous être revendues (je suis étrange) et les mélanges de genres qui parviennent à déstabiliser et émouvoir les amoureux du design pour la maison comme moi.

J’aime moins: les prix exorbitants. La beauté, ça se monnaie comme dirait sûrement une vieille femme au front botoxé.

La première photo nous présente les bureaux d’Antrhopologie (&Urban Outfitters) à Philadelphie. Les autres photos sont des photos de la boutique Antrhopologie  (photos: http://www.zhooey.com & http://www.anthropologie.com).

Ma fille aime le rose. Beaucoup même. Au grand dam de sa mère (moi), la pièce devait
représenter les fantaisies d’une petite fille de 3 ans et vieillir avec elle. Je n’aime pas les
chambres qui arborent un thème précis et préfère de loin choisir des couleurs, des éléments
de décoration et des meubles qui suggèrent l’enfance, mais qui ne la contraignent pas à un certain
âge. J’imagine très bien ma fille  habiter cette chambre jusqu’à ce que sa crise d’ado-
emo-gothique la frappe de plein fouet (et nous aussi, par le fait même). Lorsque cette délicieuse
phase de la vie envahira notre maison, nous pourrons aisément récupérer les meubles et les transformer (avec des têtes de mort j’imagine).

Ceci est le début d’une belle histoire, celle d’une maison comme toutes les autres. Une maison où l’espace sera toujours encombré d’objets à peu près utiles, où chaque membre finira inévitablement par piler sur les pieds des autres et où les parents tenteront, tant bien que mal, d’éviter que les jouets roses de petite fille et les camions Tonka n’envahissent l’entièreté des pièces. Nous n’avons pas la prétention de détenir le secret absolu qui permette de ne pas transformer une maison où vivent des enfants en gigantesque coffre à jouets. Ou la fantaisie de croire que nos goûts en matière de design soient à ce point raffinés. Nous croyons simplement qu’il est possible de vivre dans une maison où germent des idées et où le résultat est un tableau sur lequel chaque membre d’une même famille peut se retrouver.

Image